"Michael Jackson, il était une voix..."

Isabelle Petitjean

(Delatour France - 2017)

 
 

Isabelle Petitjean est décidément très impliquée dans la communauté Jackson et confirme cet état de fait avec son nouveau livre « Michael Jackson Il était une voix ». L’auteure, après un premier ouvrage paru en 2015, La culture pop au panthéon des Beaux-Arts, Dangerous, de Mark Ryden à Michael Jackson », confirme la richesse de l’univers Jackson en offrant un livre complètement différent du précédent.

Il est vrai que le sujet de cette voix si unique, si particulière et qui fascine tellement de gens de tous les coins de la planète se devait d’être traité par Isabelle, tant elle maîtrise son sujet. Musicienne de formation classique, professeur de musique, universitaire et doctorante en musicologie à la Sorbonne, c’est avant tout son statut de passionnée du Roi de la Pop et de son art qu’elle revendique pour mettre en avant ses travaux.

Comme elle le dit si bien pour débuter son dernier ouvrage : « La voix de Michael Jackson est censée avoir poussé son premier cri dans une maternité du fond de l’Indiana, un soir d’été 1958. Elle est censée avoir accompagné son dernier soupir, une chaude matinée d’été 2009, sous le ciel lumineux de Californie… » Ces mots qui peuvent sembler d’une logique implacable vont trouver un sens plus large et riche dans le développement du sujet par Isabelle Petitjean. En effet, tout au long de sa vie comme tout être humain, c’est par sa voix qu’il s’est fait entendre. Oui, il s’agit bien de l’humaniser, c’est pour cela que ce livre ne se limite pas à la technique des machines dans un studio d’enregistrement. De Motown, jusqu’à l’âge adulte, son organe vocal a mûri avec le temps et l’auteur prend le temps de traiter de nombreux aspects comme sa prononciation, sa façon de parler et son évolution sur les différents albums de sa discographie en citant toutes les influences de l’artiste, à l’image de ses effets vocaux apparus au fil du temps et qui sont devenus sa marque de fabrique. Une façon pour le grand public de l’identifier dès les premières notes.
Nombreux sont les gens à avoir suivi ses transformations physiques au point de se focaliser sur cet aspect, il n’est donc pas de refus que de pouvoir aborder le son de sa voix.
D’autant que la rencontre d’Isabelle avec Seth Riggs, professeur de chant de Michael Jackson, permet d’en apprendre davantage sur sa méthode de travail avec le Roi de la Pop.
Un don si naturel qu’il a fallu façonner, l’oeuvre d’une vie enfin résumée et immortalisée dans ces lignes.

Cependant, Seth Riggs n’est pas le seul collaborateur rencontré dans la confection de cet ouvrage. En effet, l’aspect technique (des studios et des machines) se devait d’être abordé afin de le compléter et de le documenter comme il se doit. Je pense notamment à Matt Forger, ingénieur du son de Thriller à HIStory, qui a fait visiter le studio Westlake à Isabelle.
Mais c’est surtout le soutien de Bruce Swedien au projet qu’il faut souligner.
En effet, le fidèle ingénieur du son de Michael Jackson (de 1978 à 2003) a rédigé la préface pour mieux nous faire comprendre sa complicité et son respect envers Isabelle et son travail.
Par sa bienveillance, j’ai pu découvrir des archives personnelles comme des photos de l’orchestre symphonique de « Smile » et autres souvenirs liés à des sessions à Westlake et à la Hit Factory. Cette technique si riche et complexe qui contraste tellement avec l’humanité de cette voix si sensible et particulière a rarement été si bien abordée et voici ici un hommage rendu au tandem Michael Jackson-Bruce Swedien tel qu’il se doit. C’est vraiment l’un des thèmes poignants de ce livre de voir toutes ces prouesses de studio au service d’un artiste.
Si on excepte le livre de Bruce Swedien, In The Studio with Michael Jackson, (uniquement disponible en anglais) voici le plus grand témoignage de « Svenk » (surnom donné par Quincy Jones) lié à sa collaboration avec Michael Jackson et il serait dommage de s’en priver.

L’évolution de la voix de Michael Jackson, c’est avant tout l’évolution de sa vie mais également de son art, tant les deux sont indissociables. Traiter ce sujet est d’une richesse absolue et Isabelle a su mener cette tâche à bien et je citerai ses dernières lignes pour conclure cette chronique de bien belle manière :

« Michael Jackson est un éclaireur dont la flamme est la musique. Il l’a portée bien haut, pour que nous puissions la voir - d’aussi loin que nous vivons sur la planète - et que nous puissions la suivre. Il ne nous a pas dit que le chemin serait court et facile, mais il nous a dit de ne pas renoncer, comme lui s’est toujours battu. Cet héritage qui, selon moi, est plus spirituel que temporel, plus mystique qu’artistique, va au-delà des apparences et des moyens humains ».